01/03/2017 Nadya Charvet

La mission de JoB

Voici un petit nouveau sur le marché de la formation, de l’insertion professionnelle et de l’entrepreneuriat des jeunes. Il se nomme Jeunes au Boulot, dites JoB, et s’adresse aux jeunes francophones du monde entier. On vous raconte sa genèse.

Job vise à encourager la formation, l’insertion professionnelle et l’entrepreneuriat chez les jeunes francophones de 18–26 ans dans le monde entier. Son programme s’adresse à des porteurs de projets et les accompagne tout au long du processus de création jusqu’à ce qu’ils transforment l’essai en “Job”.

Il fait intervenir dans chacun des pays où il s’implante des acteurs publics, privés et des citoyens actifs mobilisés autour de la création d’entreprises, d’emplois et de formations au service de la jeunesse.

Il s’appuie côté Français sur un réseau de JoB’acteurs partenaires et recrute en Service civique d’autres jeunes pour accompagner les sélectionnés et co-créer avec eux leur projet professionnel. Les premières expérimentations de JoB auront lieu au Sénégal où le programme a vu le jour.

Nos objectifs à travers ce dispositif : bousculer nos représentations (de L’Afrique), construire un espace de coopération entre jeunes francophones du monde entier et expérimenter de nouveaux modèles de relations entre acteurs publics, privés et citoyens au service de la création d’entreprises et d’emplois dans les pays d’Afrique francophone, premiers visés.

 

En 2050, 85% des francophones vivant sur la planète seront en Afrique

En 2050, 600 millions sur les 700 millions de francophones vivant sur la planète seront en Afrique (Sénégal, Mali, Bukina Faso, RDC, etc). Mais il faut se méfier des chiffres : le Français peut être une langue officielle d’un pays et n’être parlé que par les classes aisées ou utilisé comme langue véhiculaire dans des registres précis, (universitaire, commercial.). Ainsi la natalité africaine ne sera pas une condition suffisante au développement de la Francophonie, de ses valeurs et sa culture, qui dépendront de la qualité de l’enseignement du français et de la capacité à éduquer, développer la créativité et libérer les jeunes (notamment) qui pourraient ainsi incarner un souffle nouveau pour l’Afrique… qui sait !

 

Imaginer la place de la jeunesse dans la transformation de la société africaine.

En nous penchant sur l’Afrique d’aujourd’hui, nous faisons le constat d’un foisonnement d’innovations et d’initiatives venant de toute part, d’une jeunesse motivée et entreprenante, d’un immense potentiel sous-exploité. Il nous semble urgent de donner à cette jeunesse la vision d’une société africaine moderne dans laquelle ils auront leur place et leur rôle à jouer.

Lorsqu’on l’évoque avec eux, le sujet de leur avenir est souvent abordé de façon binaire : l’ Afrique tu l’aimes ou tu la quittes. Faute de formations, faute de débouchés, faute de perspectives. Ce projet vise, parmi d’autres, à inverser la tendance au défaitiste et au départ. Il veut leur permettre de se mettre en marche, contribuer à mettre leur génération en marche, en leur offrant un avenir possible ici et maintenant.

 

Offrir aux jeunes un Ticket for JoB

La première expérimentation JoB démarrera à Dakar en janvier prochain. Les candidats sélectionnés au programme seront pris en charge, formés et accompagnés jusqu’à la création de leur JoB.

Des partenaires publics, privés et issus de la société civile interviendront dans le cycle de formation, d’immersion et de co-création qui leur sera proposé.

Des secteurs d’activité porteurs ont été identifiés pour cette première expérimentation qui concernera :

. L’agriculture

. Le commerce

. Le restauration

. Le BTP

Le cycle JoB veut aussi contribuer à l’avènement d’une société plus numérique, plus solidaire, plus innovante, porteuse de solutions d’avenir, et impliquer les jeunes dans ces réflexions afin de leur permettre d’être acteurs de la transformation de la société africaine et de contribuer à inventer l’entreprise de demain. Ces thématiques seront abordées avec nos intervenants

. Innovations et développement en Afrique

. Numérisation de la société et perspectives

. Citoyens acteurs publics

. Nouvelles solidarités

. Financements citoyens

 

JoB pour les jeunes et avec les jeunes

Les candidats seront accompagnés tout au long du processus par des services civiques français. Quelque soit leur niveau de formation, ils seront recrutés pour leur motivation à co-créer avec d’autres jeunes leur projet professionnel.

Dans un contexte économique où l’emploi se raréfie, et la jeunesse en paie lourdement les conséquences, l’opportunité pour de jeunes Français d’accompagner d’autres jeunes adultes vers l’emploi peut être porteuse de solutions. Beaucoup de jeunes Français issus de l’immigration ou en échec pourraient s’incarner sans ces missions de JoB’accompagnateurs et y trouver leur vocation.

 

JoB veut redonner aux jeunes (d’ici et d’ailleurs) leur pouvoir d’agir et de bâtir ensemble un avenir durable

La vie est faite d’opportunités. Ce projet en est la démonstration. Il est le fruit de rencontres et d’un travail commun entrepris au Sénégal depuis de nombreuses années, au titre du bénévolat et de l’engagement. Il mobilise des acteurs Sénégalais et Français. Il a vocation à s’étendre à d’autres pays francophones d’Afrique ensuite.

 

Rêvons un peu

Ou plutôt non, ne rêvons pas. Que nous réserve l’avenir si nous ne rétablissons pas un certain équilibre entre le Nord et le Sud? Ce tiers-monde que nous avons contribué à façonner va-t-il devoir débarquer par millions sur nos côtes avant que nous réalisions que nous compromettons, en laissant faire, notre avenir comme du sien ? Allons-nous laisser les meilleurs d’entre les Africains quitter le navire pour un avenir plus qu’incertain en France ou ailleurs? Allons nous continuer à alimenter la peur, la haine et le rejet de l’autre que nous voyons grandir dans nos sociétés ?

Si nous laissons l’Afrique francophone en friche, nous ouvrons probablement la porte à l’islamisation galopante qui menace le continent africain. Ce faisant nous maintenons aussi grande ouverte la porte du notre continent à tous les flux migratoires.

“La maison brûle et nous regardons ailleurs”, cette petit phrase soufflée par Nicolas Hulot à Jacques Chirac et qui fit le tour du monde, pourrait être remise au goût du jour. Le développement durable, au sens social et économique du terme, de l’Afrique Francophone pourrait être un rempart culturel, sociétal à cette radicalisation montante et cette fuite en avant.

Inversement si cette Afrique francophone devenait francophobe, serions-nous responsables mais pas coupables? Quelque soit la réponse à cette question, nous serions en mauvaise posture. Car nous aurons besoin d’une Afrique Francophone assez forte pour combattre elle-même ses propres démons et il n’est pas sûr qu’elle ne soit pas aussi la clef de l’équilibre du monde de demain. Une des. Comme nous l’a rappelé Jacques Attali dans un rapport sur la Francophonie paru en 2014 : l’effacement progressif des frontières nationales impose d’autres critères d’appartenance identitaire : la langue va devenir la nouvelle géographie. Défendre le patrimoine linguistique et culturel, et l’enrichir, pour le transmettre aux générations suivantes, est un enjeu essentiel. La francophonie peut être le porte-voix de la diversité du monde. Elle repose sur un sentiment identitaire puissant. Le français est un formidable atout, trop souvent politiquement, culturellement, économiquement négligé.

Faisons en un porte-drapeau pour la jeunesse, faisons le JoB!